Premier tour social : un appel national le 22 avril

Afin de poser le fait que la construction d’un monde meilleur passe par les luttes collectives et les alternatives concrètes, mais aussi pour préparer les mobilisations dès la veille du premier tour et de l’entre deux tours, notamment le cortège unitaire du 1er Mai.

Face au Front National, face à la hagra policière, l’islamophobie et les racismes, face au libéralisme et au capitalisme organisons-nous.

Préparons le 1er Tour social à Montpellier, sur la base de l’appel dit de St Denis (modifiable)​ ​.

Nous vous proposons de nous retrouver le samedi 8 Avril à 15h à Luttopia, 42 rue Prudhon, quartier Beaux-Arts, tram l. 1 et 4, arrêt Louis Blanc, une occasion de relancer l’assemblée pour les luttes et préparer notre 1er tour social à Montpellier, de discuter et décider ensemble de la forme et de la date d’une intervention dans la rue à Montpellier.​

tract - 84.1 ko
tract

Le premier tour ne sera pas politique, il sera social. Alors que l’on parle souvent d’un troisième tour social pour désigner les mobilisations après les élections, mobilisations censées contraindre les nouveaux élus, et en particulier le président de la République, à tenir leurs promesses électorales, ce jeudi 16 février c’était une inversion du calendrier que proposaient les militants réunis à Saint-Denis en appelant à un premier tour social la veille du premier tour de l’élection présidentielle, donc le samedi 22 avril.

Convaincus que quel que soit le candidat élu, Hamon, Macron, Fillon ou Le Pen (Mélenchon n’est pas cité), il sera de toute façon l’adversaire des travailleurs lassés d’attendre leur salut d’un bulletin de vote qui légitime cinq ans de silence et déçus par l’écart entre les promesses et les réalités, les nombreux orateurs ont tous appelé à une mobilisation qui revienne à la lutte des classes et tranche avec le réformisme supposé des gouvernements, qui ne réforment au fond qu’en faveur des intérêts financiers.

(...)

« Pour nos droits, contre leurs privilèges »

Les interventions sont donc à peu près toutes sur le même modèle : pourquoi lutter, quelles victoires, quelles défaites et surtout : quelle suite ?

Les comités de soutien aux Goodyear formés à Mulhouse et Limoges, qui s’étaient engagés à se mobiliser jusqu’à la relaxe des prévenus, évoquent l’évolution de leur engagement vers un soutien plus général contre la répression des mouvements sociaux et la criminalisation des luttes, notamment en rendant publics les licenciements de syndicalistes en lutte.

Une femme vient annoncer de son côté la création d’une section CNT Nettoyage il y a un an : en cause, des contrats de travail de femmes de ménage de 4h par jour (9h-13h) alors que les tâches à effectuer nécessitent bien souvent de rester jusqu’à 17h. Autrement dit, les salariées de cet Hôtel Ibis de la Région Parisienne sont payées pour la moitié de leur temps de travail. Elles prévoient de se mettre en grève le 22 avril face au refus de leur patron de les rémunérer pour les heures effectuées, et exigent aussi un suivi par la Médecine du Travail.

(...)

Tout le monde peut se soulever

Faustine Goget, de la FNAC Champs-Élysées, résume rapidement les motifs de la grève qui aura duré soixante jours : les salariés ont constaté des irrégularités dans leur paie et des disparités avec les autres FNAC parisiennes. Parallèlement au recours devant les prud’hommes, ils se sont mis en grève, sans soutien des syndicats ou presque. L’aide est venue de l’extérieur, lorsque des personnes non salariées de la FNAC sont venues rejoindre le piquet de grève. Des négociations ont ensuite eu lieu, directement avec les grévistes, et non avec les syndicats. « Tout le monde peut se soulever », conclut-elle sous les applaudissements nourris qui, d’ailleurs, jalonneront toute la soirée.

David Pijoan de Touche pas à ma ZEP attire l’attention sur la lutte contre le démantèlement de l’éducation prioritaire dans les lycées, qui entraînerait une augmentation immédiate des effectifs par classe dans les établissements de zones défavorisées ainsi qu’une perte de moyens en général. 110 lycées mobilisés dans 16 académies ont organisé une Nuit des ZEP le 31 janvier ; certains menacent même de ne pas faire la rentrée scolaire s’ils ne sont pas entendus.

L’intervention d’Amal Bentounsi, du collectif Urgence notre police assassine, est particulièrement émouvante : elle représente des familles de victimes des violences policières, et son discours résonne particulièrement dans le contexte des mobilisations consécutives au viol présumé de Théo et après la mort d’Adama Traoré. Pis encore, elle rappelle que le 17 février, dans la plus grande discrétion, 30 députés (où étaient les 542 autres ?) ont voté la loi modifiant le cadre de la légitime défense au sein de la police pour l’aligner plus ou moins sur celui de la gendarmerie, loi que beaucoup de juristes taxent de « permis de tuer ». Beaucoup de personnes présentes dans la salle étaient au courant, mais celles qui l’apprennent expriment leur indignation face à cette énième attaque contre les droits fondamentaux : une fois de plus, le gouvernement a cédé avec complaisance aux pressions d’une fraction raciste de la police, celle qui vote Front National et qui a défilé, cagoulée et armée, l’automne dernier. Un appel à mobilisation est lancé cette fois pour le 19 mars.

(...)

Le premier tour social c’est cela : arrêter de déléguer aux politiques le changement que nous voulons. Sans les grèves de 1936, le gouvernement, pourtant socialiste, aurait-il accompli toutes les réformes que l’on connaît ?

Ce 22 avril social, il ne s’agit pas d’y croire ou pas, résume Mickael Wamen, revenu au micro ; il ne s’agit pas d’y croire ou pas, on n’a pas le choix, c’est tout. Mais il ne se fera pas tout seul : dès maintenant, il faut que chacun soutienne la lutte des autres. Entre la convergence et la défaite, la responsabilité est celle de tous.

Lire tout l’appel sur le site gazette debout - Journal indépendant de Nuit Debout –

Publiez !

Comment publier sur LePressoir-info.org?

LePressoir-info.org est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail Montpel-luttes-infos chez riseup.net